Avertir le modérateur

31/03/2010

OM-PSG n'aura pas lieu

 

Souvenez-vous, c'était le dimanche 25 octobre dernier. L'OM recevait le PSG en clôture de la 10e journée de L1. Mais avec la découverte, en début d'après-midi, alors que des centaines de supporters étaient déjà arrivés, d'un 3e cas de grippe A(H1N1) dans l'équipe parisienne (Clément, Giuly et Sakho) avait amené la LFP a annuler la rencontre.
Résultat : des heures d'émeutes en plein centre-ville, dix blessés (dont un supporter renversé par une voiture) et d'énormes dégats. Soit, plus ou moins les mêmes conséquences que le 10 octobre, après une victoire de l'Algérie pour le Mondial de foot.

DSC_7096.JPG


La Coupe de la Ligue en poche, l'honneur et le moral retrouvé, les abords du foot marseillais devraient retrouver une certaine sérénité. "Octobre noir" semble bien loin, depuis le week-end dernier...


DSC_7136.JPG


 

 

15/12/2007

Les RG analysent "l'exception marseillaise"

 Fin novembre 2005, quelques jours après les "grandes émeutes", les Renseignements Généraux font le point sur la situation et abordent  au passage le "cas particulier" de Marseille. Extraits d'un rapport toujours d'actualité.

 

Si la ville de Marseille a été marquée par une recrudescence des actes de violences urbaines [...] du samedi 8 au lundi 14 novembre, aucun affrontement direct entre les jeunes résidents des cités sensibles et les forces de l'ordre n'a été enregistré et aucun incident de grande ampleur n'a été relevé.

 

827d11b5f5381c955f7d6455e786340e.jpg
Marseille vue du Nord... 

 

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce calme relatif :

- les cités marseillaises ont pour particularité [...] d'être intégrées au sein du "territoire de la commune" et pour certaines d'être à proximité immédiate du centre-ville. Le phénomène de banlieue n'est donc pas géographiquement constitué, même si la majorité des secteurs sensibles est désignée sous la dénomination quartiers nord. Marseille présente ainsi les caractéristiques d'une ville américaine avec un mélange de quartiers riches et pauvres sur une grande étendue (superficie : 240 km² contre 105  km² pour Paris et 48km² pour Lyon) ;

d26d9a9c1065313e76122ce5310a323c.jpg
Panorama Nord-Est 

 

- Marseille possède une identité méditerranéenne forte qui fédère autour d'une grande partie des diverses communautés présentes sur son territoire. Le déracinement des populations maghrébines est moindre à Marseille ;

- La culture ouvrière de la ville renforce le sentiment d'appartenance à cette ville qui s'est toujours considérée comme différente, même au sein du département des Bouches-du-Rhône ;

 - la part importante des communautés étrangères qui adhèrent à cette identité marseillaise a également contribué à maintenir un faible niveau de tension lors de la hausse du nombre d'actes de violences urbaines. L'attitude de la communauté musulmane, qui est la plus importantes, est à ce titre significative. Ainsi lors des troubles franciliens puis nationaux, elle s'est fortement démarquée de ces évènements, optant pour une position apaisante visant à préserver le calme marseillais. Des responsables religieux ont ainsi directement joué un rôle de médiateurs dans certaines cités comme Font-Vert (14e) ;

 

a0641db9049a9568bf15b535c12c86c4.jpg
Le centre social de la Castellane (16e), au coeur de la vie de la cité. 

  

- le tissu associatif, notamment dans les quartiers nord, a relayé les messages transmis par les acteurs du milieu socio-éducatif et la majorité des élus municipaux. Les responsables de ces structures qui souhaitaient éviter tout risque de surenchère ont, dans ce contexte, éconduit plusieurs équipes de presse désirant enquêter, notamment dans le quartier de Malpassé (13e).

35deb3e732cf22bf5bfce71d18fb144f.jpg
Malpassé (13e) 

 

 

Dans ce contexte spécifique, l'efficacité des dispositifs préventifs policier et judiciaire s'est trouvée "mécaniquement" renforcée. 

 

f07be792a5695d7622fe0d6694732874.jpg
Félix Pyat (3e) 

 

02/12/2007

LRU : Le mouvement s'essoufle

Après deux semaines de perturbations, le campus StCharles retrouve peu à peu son calme. Débloqué mercredi puis rebloqué le lendemain, le site devrait être pleinement accessible demain matin. Vendredi, les étudiants grévistes ont adopté une nouvelle stratégie : libérer les accès au campus tout en fermant les bâtiments. Mais sous la pression de la direction de l'université, les barrages ont du être levés.

Une nouvelle assemblée générale aura cependant lieu demain, mais c'est du côté des lycées que les regards se tournent désormais.

 

b57399bec05a50a29c93ddc701c00fb2.jpg
Dernières barricades devant la fac St Charles, vendredi matin.
 

La réforme du Bac Pro inquiète élèves et enseignants, bien plus que la LRU. Les manifestations de mardi et jeudi on montré une "passation" du mouvement des étudiants au lycéens, désormais largement majoritaires dans les cortèges (Près d'un millier de lycéens pour 100 à 150 étudiants à Marseille jeudi). Mais la sincèrité de ce nouveau mouvement est fragile du fait de l'implication de nombreux lycéens davantage motivés par le "spectacle" et la suspension des cours que par la lutte contre une réforme dont il ne connaissent que rarement le contenu. Ainsi, les cortèges sont presque exclusivement composés d'élèves de seconde et de première. La perspective du Bac aidant, les terminales sont peu représentées.

A l'instar des cortèges qu'ils composent durant les manifestations, ces grévistes sont imprévisibles et sujets a de fréquents débordements. On dénombre ainsi une dizaine d'interpellation depuis mardi dans les rangs des lycéens, dont 10 pour la seule journée de vendredi, suite notamment à des jets de pierres et d'oeufs sur les forces de l'ordre. Plus inquiétant, des marins-pompiers qui intervenaient vendredi matin sur un feu de container devant le lycée professionnel Camille Juillan ont été agressés par un groupe de jeunes. Quatre d'entre eux ont été légèrement blessés.

Des discussions sont en cours entre les services de police et l'Education Nationale pour faire retirer ces containers, utilisés pour bloquer les accès aux établissements et rapidement incendiés.

 

Lire également :

LRU : Première "action" étudiante à Marseille

LRU : Une première fac bloquée à Marseille

LRU : anti-blocage et apolitisme

LRU : Prudence et consensus à Aix-Marseille I

LRU : le point sur la mobilisation à Aix-Marseille I

CPE II, le retour ?

 

15/11/2007

Police et Gendarmerie se rapprochent

Réunion "sécurité" en préfecture.

 

L'ensemble des acteurs est présent dans la salle...Ou presque. Deux fauteuils restent vides.

"Où sont les gendarmes ?" se demande-t-on enfin.

Renseignement pris (c'est qu'il y a des spécialistes dans l'assistance), il s'avère que les deux gendarmes ont été refoulés à l'entrée du parking du bâtiment par les policiers de garde et cherchent maintenant une place dans le quartier...

Guerre des services ? Pas du tout, le règlement a simplement été appliqué...

 

Jadis quand la gendarmerie péchait, c'était plutôt par excès et la police, par défaut. Aujourd'hui, le rapprochement des services semble bel et bien en marche.

10:51 Publié dans PolitOff | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : police, gendarmerie

18/10/2007

La grogne monte en régime

Plusieurs milliers de personnes ont battu le pavé ce matin dans les rues de Marseille. Une manifestation qui a officiellement réuni 7300 perosnnes selon la préfecture et...50 000 selon les syndicats.

Généralement, la réalité se situe assez exactement entre les deux, mais aujourd'hui, les chiffres "officieux" (comprendre les chiffres "bruts", avant qu'ils effectuent la "navette préfectorale") penchaient très nettement en faveur de la préfecture, avec 8000 personnes dénombrées.

Au final tout le monde est content, et particulièrement les organisateurs qui, dit-on, attendaient improbablement 40 000 manifestants et en ont trouvé 10 000 de plus. Parmi eux, les cheminots (Sud rail principalement, la CGT faisant pour le coup bande à part), quelque peu grisés par la surenchère sont repartis assurés pour un deuxième jour de grève.

 

medium_DSC_1035.JPG
La manif' en images, bientôt en ligne sur Marseille en scène.

 

28/07/2007

Du nouveau dans la police

De nouvelles sérigraphies "funny" remplacent les austères bandes droites rouge et bleu des véhicules de patrouille de la police nationale. Peu à peu la nouvelle livrée très "playmobil" de la sécurité publique se répand à l'ensemble du parc.

A force, on s'y habituera...

 

medium_DSC_0438.JPG
Les anciens marquages (à droite) côtoient encore les nouveaux.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu