Avertir le modérateur

21/07/2007

Les Marseillais vont raquer à leur Tour

On n'avait pas vu la rue Paradis dans cet état depuis très longtemps. Jeudi matin, pour permettre le départ du Tour de France, plus de 270 véhicules ont été mis en fourrière. José Allegrini, adjoint au maire en charge de la sécurité avait laissé entendre dans un premier temps que la municipalité pourrait renoncer aux amendes dressées pour stationnement gênant ainsi qu'au frais d'enlèvement, la décision étant entre les mains de Jean-Claude Gaudin. Mais depuis jeudi, plus question de discuter. Seuls les "cas sociaux" seront examinés et l'adjoint avisera seul. A croire que le bébé, plutôt encombrant, lui a été poliment rendu par le maire...

Hier, Patrick Mennucci, président du groupe PS au conseil municipal à sommé la Ville de renoncer à ces verbalisations, conséquence d'un évènement exceptionnel qu'elle aurait insuffisamment signalé. Mais pour José Allegrini, pas question de reculer. Réponse sera faite à l'élu PS très prochainement.
 
De toute façon, malgré les frais d'enlèvement, on reste très loins des 130000€ versés par la Ville à la Société du Tour pour accueillir l'étape ! (symboliquement car les PV ne rapportent pas directement à la Ville)
 
medium_DSC_0402.JPG
 

04/11/2006

Mairie : Pan sur les doigts

    La chambre régionale des comptes de Provence-Alpes-Côte d'Azur a épinglé le fort endettement de Marseille, estimant que la ville gérée par le maire UMP Jean-Claude Gaudin doit entreprendre des "réformes structurelles".

Dans la situation actuelle, la ville devrait mobiliser 20 ans d'épargne pour rembourser sa dette. Selon la chambre des comptes, cette hausse de l'endettement serait imputable à "la progression non mamedium_universite_d_ete_UMP_075.2.jpgîtrisée des dépenses de fonctionnement et plus particulièrement des charges de personnel". Ainsi, malgré le transfert de compétence et d'effectifs à la communauté urbaine (MPM), les dépenses de personnel n'ont pas baissé dans le budget de la ville.

"Bien sûr, il reste des efforts à faire en terme de réduction des personnels, notamment huissiers ou chauffeurs", a reconnu le secrétaire général de la mairie, Jean-Claude Gondard, précisant cependant que les irrégularités constatées par la chambre des comptes au sujet des heures supplémentaires de certains agents ont été "corrigées".

En 2004, Marseille comptait 11.920 agents et 3.578 vacataires.

Une situation que le maire de la ville justifie quant à lui par une "relative pauvreté de la population" qui nécessite la mobilisation "importante de moyens humains", notamment dans les secteurs éducatif et social...

La chambre des comptes a également épinglé la municipalité pour une "gestion insuffisamment rigoureuse" des autorisations de paiement qui permettent à la ville d'étaler ses dépenses lourdes d'investissement.

"La collectivité envisage des nouveaux programmes d'investissements sans disposer des crédits de paiement inscrits chaque année au budget". Des critiques rejetées par Jean-Claude Gondard, "je ne suis pas d'accord avec l'idée que nos projets d'investissements ne sont pas maîtrisés. Chaque année on repriorise et on repeigne nos projets en fonction des crédits disponibles".  (Source : AFP)

 


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu