Avertir le modérateur

20/11/2007

Les Marseillais nombreux à battre le pavé

Le cortège était long et dense, certainement le plus important de l'année avec plus de 15 000 manifestants (bien que les organisateurs aient revendiqué plus de 60 000 personnes) entre la Canebière et le Prado ce matin pour "défendre la fonction publique, les retraites et le pouvoir d'achat". Quelques centaines d'étudiants ont participé à la manifestation, dont ceux de la fac St Charles (Université de Provence), tout juste bloquée et occupée. Ils ont par ailleurs décidé de regagner le campus en cortège à la fin de la manifestation.

 

db3b33c4c388eccb895f229823f7be46.jpg
Cliquez sur l'image pour accéder aux photos de la manifestation.
 
 
  

Voir également : Les précédentes manifestation marseillaises

Lire la suite

19/11/2007

Les cheminots déraillent

Près de 250 cheminots ont manifesté en fin de matinée devant "l'escalier monumental" de St Charles, bloquant durant près d'une heure la circulation aux abors de la gare et sur le boulevard d'Athènes. Une action "surprise" menée par la CGT-rail à grands coups de fumigènes. Peut-être une introduction à la manifestation de demain qui pourrait rassembler près de 15 000 personnes sur la Canebière (attendons-nous donc a des revendications de l'ordre de 70 000 participants selon les organisateurs...)

 

f3500626398db1f84945d5cf69fe1719.jpg
Le boulevard d'Athènes, ce matin
 
8f1dd9a25aa6b9313f2f5bbf0454b14f.jpg
"Face au mur du gouvernement, les cheminots montent le mur des revendications" 
 

14/11/2007

Les cheminots défilent sans les étudiants

Environ 1100 cheminots (chiffres police) ont manifesté ce matin dès 11h entre la gare Saint Charles et la place Félix Barret, voie de garage de la plupart des cortèges marseillais. Curiosité, le camion sono de tête, habituellement CGT était cette fois celui de FO. Le gros des troupes s'est dispersé dans le calme peu après leur arrivée devant la préfecture. Quelques dizaines de cheminots ont monté un barbecue et pique-niqué sans incident (hormis quelques merguez trop cuites) jusqu'aux environs de 14h. L'arrivée du cortège s'est faite sous haute surveillance (police + CRS) mais conformément aux prévisions, les étudiants étaient totalement absents de la manifestation.

Les contacts établis entre étudiants et salariés de la SNCF n'ont encore rien donné de concret. Il s'agirait  pour l'instant de "préciser les revendications et organiser les mouvements" avant d'envisager l'application de la "convergence des luttes" sur le terrain.

Tous les regards se tournent désormais vers le campus Saint Charles ou l'AG prévue demain pourrait  précipiter les choses, sous la pression "nationale". S'il est possible, un blocage du site dès vendredi matin reste néanmoins peu probable en raison notamment de la proximité du week-end et de la toute récente expérience aixoise.

71deb1f0a8b19d3fe5bb2da2448d4465.jpg
Marseille, aujourd'hui. arrivée du cortège de cheminots.

 

 

07/11/2007

CPE II, le retour ?

Depuis quelques jours, la grogne s'intensifie dans les facs. Parmi elles, l'université Aix-Marseille I truste les gros titres. Hier, en fin d'après-midi, les dépêches tombaient, annonçant grèves voire blocages votés par les assemblées générales d'étudiants et de personnels.

A Aix, le "principe de la grève" et l'établissement d'un "barrage filtrant" ont été adoptés par la majorité des quelque 450 étudiants réunis mardi sur le site de Schumann (fac de lettres) mais le blocage n'était pas encore à l'ordre du jour. Le site de Saint Charles, à Marseille à connu lundi sa première assemblée générale - la fac d'Aix ayant été fermée administrativement pendant plusieurs jours "pour raison de sécurité". Mais partout, le lexique du CPE ressort des cartons.  Mercredi (07/11) les étudiants d'Aix ont finalement voté le blocage lors d'une AG qui a réuni près de 900 personnes. En début de soirée on comptait 10 facs bloquées sur 85.

medium_illu_grève.2.jpg
Les "techniques" de blocage font partie des savoirs qui se transmettent invariablement.

 

 Deux ans après la crise (qui avait duré plus de deux mois à Marseille) quelles sont les forces en présence ?

Côté direction de l'Université, le président Paul Tordo qui avait essuyé tant bien que mal la grève en 2006 a cédé sa place à Jean-Paul Caverni l'année dernière. Ce dernier a tenté "un coup de force" le 31 octobre en fermant administrativement le site d'Aix suite a un incident avec des étudiants qui organisaient un "barrage filtrant". Un acte qui ne laisse aucun doute côté étudiant, "Le nouveau président veut faire ses preuves, montrer qu'il ne se laissera pas faire".

medium_illu_grève_2.jpg
Le campus Saint Charles en 2006

 

 

Côté étudiant, justement. Les militants sont-ils les mêmes qu'en 2006 ?

On pouvait s'attendre à de profonds changements deux ans après le CPE, dus à la progression dans les cursus, les cycles universitaires etc. Mais a priori, il n'en est rien. La plupart des leaders locaux de 2006 semblent avoir repris du service, particulièrement les militants qui se revendiquent de partis politiques (JC, JCR...). Sud Etudiant, largement majoritaire sur le site de Saint Charles en 2006 semble pour l'instant peu actif. Le syndicat étudiant pourrait pâtir du "renouvellement des têtes" au profit de l'Unef.

Quant aux militants lycéens anti-CPE, un certain nombre serait désormais actif en fac de lettres à Aix, mais rien n'indique qu'il en soit de même à Marseille. Les probables évènements à venir dans le cadre du mouvement naissant pourraient cependant réveiller quelques vocations.

 

medium_illu_grève_3.jpg
Occupation d'amphi à Marseille pendant le mouvement anti-CPE 

Tous les ingrédients semblent réunis pour provoquer un mouvement d'ampleur, au cours duquel le sigle LRU (loi relative aux universtés) est appelé à devenir aussi célèbre que CPE (Contrat première embauche). Si certains personnels craignent aujourd'hui à demi-mot un "nouveau CPE", le précédent est suffisamment récent pour permettre au gouvernement ainsi qu'aux présidents d'universités d'en tirer des leçons afin d'éviter la crise.

Mais les premières mesures (fermetures administratives) apparaissent peu "encourageantes" au vu de leurs résultats.

 

Publié initialement le 07/11/07 à 10h00. Mis à jour à 23h55.

 

23/10/2007

Manifestation du 18 octobre : Retour en images

medium_DSC_1166.2.JPG
 
Retour en images sur la manifestation marseillaise contre la réforme des régimes spéciaux de retraites. Cliquez sur la photo pour accéder à l'album. 

20/10/2007

Plus de 600 personnes manifestent contre "l'immigration jetable"

Plus de 600 personnes (750 selon les organisateurs) ont manifesté cet après-midi sur la Canebière et le Vieux Portmedium_florimond_guimard.jpg (16h) contre "l'immigration jetable" mais également pour soutenir Florimond Guimard (photo ci-contre), militant du Réseau éducation sans frontières (Resf) appelé à comparaître lundi devant le tribunal correctionnel d'Aix-en-Provence. Le professeur des écoles - par ailleurs présent à la manifestation - est poursuivi pour violence en réunion avec arme par destination. Le 11 novembre 2006, il avait tenté avec d'autres militants de s'opposer à l'expulsion d'un parent d'élève sans papiers à l'aéroport de Marignane.

 

medium_DSC_1364.JPG
La circulation a été fortement perturbée sur le Vieux Port aux environs de 16h. 
medium_DSC_1370.JPG
Plusieurs centaines de manifestants ont descendu la Canebière dans le calme. 
 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu