Avertir le modérateur

12/12/2007

LRU : Nouvelles manifestations à Marseille

550 lycéens selon la police - un millier selon les organisateurs - on défilé hier entre la fac StCharles et le Vieux port (retour par la rue de la République) accompagnés de quelques étudiants dans le cadre de mouvement anti-LRU étendu à la réforme du bac pro. Il s'agit de la plus faible mobilisation en cortège depuis le début du conflit. Fait notable, les personnels Iatos et enseignant n'ont  pas pris part à la manifestation qui s'est néanmoins déroulée dans le calme.

 

e409d857196f729b030428b3fc9de6bd.jpg
Le cortège étudiant/lycéen/interpro devrait à nouveau descendre le boulevard d'Athènes jeudi. 

.

06/12/2007

LRU : 2000 manifestants dans les rues de Marseille

Près de 2000 étudiants, lycéens et personnels de l'Université de Provence ont manifesté cet après-midi entre le campus StCharles et la préfecture (1300 au départ du cortège selon la police dont une centaine de personnels et enseignants, en tête) pour demander l'abrogation de la LRU dans le cadre d'une journée nationale de mobilisation interprofessionnelle. Placée sous haute surveillance, avec près de 260 policiers et CRS mobilisés sur le parcours, la manifestation s'est terminée dans le calme aux environs de 16h de retour à son point de départ. Une autre manifestation pourrait être organisée samedi.

 

7cecce91a87cbba0d7746ce2c6743a50.jpg
Le cortège était précédé d'une "cérémonie funéraire" pour "enterrer l'université". Cliquez sur l'image pour voir les autres photos. 

 

  

Lire la suite

LRU : Le sursaut

Contre toute attente, le mouvement étudiant tient bon sur le campus StCharles, rejoint aujourd'hui par les personnels Iatos et enseignants qui ont décidé de faire grève demain. Côté lycéen, le mouvement s'apaise (aucune interpellation hier, une seule aujourd'hui pour des faits de violence au lycée du Rempart) mais s'étend désormais à la réforme du bac Pro. Les revendications restent aléatoires et pas toujours très fraîches. Ainsi hier, parmi les slogans scandés par les lycéens on pouvait entendre des "Villepin, si tu savais.."

Du fait de la grève des enseignants,  le site de StCharles pourrait être accessible demain à l'ensemble des étudiants mais les cours seront perturbés.

66d2b1359ad202bf4728413ae6284038.jpg
L'entrée du campus, placardée hier de photocopies de billets de banque.

 

22/11/2007

LRU : Première "action" étudiante à Marseille

Une centaine d'étudiants a manifesté peu après 15h sur le boulevard d'Athènes, bloquant la circulation au pied de "l'escalier monumental" de  la gare St Charles (3e). Le cortège improvisé s'est ensuite rendu au carrefour des Réformés (haut de la Canebière), toujours dans le but d'envahir la chaussée à l'aide de banderoles au gré des feux rouges. Le périple a failli mal se terminer, sous des trombes d'eau en haut du boulevard Nédélec, surle chemin du retour vers le campus lorsqu'un "sit-in" de trop a provoqué le déploiement des forces de l'ordre. C'est finalement un simple bus de tourisme qui a poussé - bien malgré lui - les manifestants jusqu'à l'entrée du campus occupé depuis lundi.

 

3d5da99cc7fb106f5ec163e4cdbcd147.jpg
Cliquez sur l'image pourvoir les autres photos

 

Lire la suite

19/11/2007

LRU : Une première fac bloquée à Marseille

Environ 300 étudiants (et non 500 comme annoncé par l'AFP) ont voté le blocage et l'occupation de la fac StCharles en début d'après-midi. Une cinquantaine d'entre eux s'est opposé à ces mesures et autant se sont abstenus. Le campus marseillais a ainsi renoué avec le blocage, un peu moins de deux ans après les 2 mois d'occupation du mouvement anti-CPE. Le campus compte 6000 inscrits, essentiellement en sciences (c'est l'originalité de ce blocage). 300 votants parait donc peu représentatif, bien que les AG les plus importantes tenues ces deux dernières semaines n'aient réussi à réunir plus de 500 étudiants.

Dès cet après-midi, tables et chaises ont refait leur apparition à l'extérieur, pour bloquer les accès et quelques dizaines d'étudiants aidés par quelques dizaines de leurs collègues d'Aix ont réalisé banderoles et autres accessoires en prévision de la manifestation de demain.

Le blocage sera réellement effectif demain matin, mais les personnels et chercheurs pourront circuler librement sur le campus.

a9aa75017d26519fc0c9f330b81c825e.jpg
Comme une impression de déjà vu...

 

Le blocage peut-il tenir ? 

C'était le moment ou jamais : la veille d'un "grand jour de mobilisation" et donc la quasi-assurance de ne pas être délogés dans les 24 premières heures. Mais ensuite...les bloqueurs, surtout les "anciens du CPE" ne se font pas d'illusions, les CRS entreront un jour ou l'autre sur le campus. Mais la semaine sociale est encore chargée, ce qui pourrait si les négociations n'avancent pas, permettre aux grévistes de tenir quelques jours, mais vraisemblablement pas au delà de vendredi, comme on a pu le voir à Aix.

 

 Que dit la direction ?

Elle ne dit rien. Le président d'Aix-Marseille I , Jean-Paul Caverni était à Aix, ainsi que "toute l'équipe de direction" selon la responsable de la communication. Etait-il possible de les joindre malgré tout ? Non, ils étaient "sur le site d'Aix qui est, comme vous le savez, toujours fermé administrativement". Il faut croire qu'ils avaient aussi coupé "administrativement" les lignes téléphoniques et les portables...

 

Lire également :

LRU : anti-blocage et apolitisme

LRU : Prudence et consensus à Aix-Marseille I

LRU : le point sur la mobilisation à Aix-Marseille I

CPE II, le retour ?

 

 

25/06/2006

Expulsion d'un étudiant tunisien en situation irrégulière.

Mercredi 21 Juin, 4 policiers intervenaient dans la résidence du CROUS Lucien Cornil, à Marseille afin d'emmener un étudiant tunisien, Fahti Toualbi, au centre de rétention administrative (CRA) récemment inauguré au Canet.

 

Cet étudiant en deuxième année de Master (qu'il redoublait) à Aix-Marseille I (Lettres) avait oublié de renouveler sa carte de séjour étudiant dans les délais, et n'avait pu passer certains examens fait du mouvement anti-CPE pour finaliser son diplôme.

Dans la matinée de son arrestation, Fahti fut conduit au port autonome afin d'embarquer pour Tunis, mais le Carthage, navire de la CTN qui devait "l'accueillir" au port autonome de Marseille, n'était pas arrivé, victime d'une avarie dans le port de Gênes.

Ramené au CRA pour la nuit, il fut remis, le lendemain entre les mains de la police de l'air et des frontières à l'aéroport de Marignane. Aidé par des passagers il refusa d'embarquer sur l'un des vols. Ce refut constituant un délit, il fut donc présenté dans l'après midi, à un juge du TGI.

 

 Malgré une forte mobilisation des étudiants et associations (RESF, FSU...) pour obtenir une dérogation, Fahti a finalement été expulsé hier par avion vers la Tunisie où, n'ayant pas effectué le service national, il risque la prison.

 

 

medium_carthage_CTN.jpg
Le Carthage, à son arrivée dans le port autonome de Marseille, Mercredi 21 Juin
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu