Avertir le modérateur

12/12/2007

LRU : Nouvelles manifestations à Marseille

550 lycéens selon la police - un millier selon les organisateurs - on défilé hier entre la fac StCharles et le Vieux port (retour par la rue de la République) accompagnés de quelques étudiants dans le cadre de mouvement anti-LRU étendu à la réforme du bac pro. Il s'agit de la plus faible mobilisation en cortège depuis le début du conflit. Fait notable, les personnels Iatos et enseignant n'ont  pas pris part à la manifestation qui s'est néanmoins déroulée dans le calme.

 

e409d857196f729b030428b3fc9de6bd.jpg
Le cortège étudiant/lycéen/interpro devrait à nouveau descendre le boulevard d'Athènes jeudi. 

.

06/12/2007

LRU : Le sursaut

Contre toute attente, le mouvement étudiant tient bon sur le campus StCharles, rejoint aujourd'hui par les personnels Iatos et enseignants qui ont décidé de faire grève demain. Côté lycéen, le mouvement s'apaise (aucune interpellation hier, une seule aujourd'hui pour des faits de violence au lycée du Rempart) mais s'étend désormais à la réforme du bac Pro. Les revendications restent aléatoires et pas toujours très fraîches. Ainsi hier, parmi les slogans scandés par les lycéens on pouvait entendre des "Villepin, si tu savais.."

Du fait de la grève des enseignants,  le site de StCharles pourrait être accessible demain à l'ensemble des étudiants mais les cours seront perturbés.

66d2b1359ad202bf4728413ae6284038.jpg
L'entrée du campus, placardée hier de photocopies de billets de banque.

 

02/12/2007

LRU : Le mouvement s'essoufle

Après deux semaines de perturbations, le campus StCharles retrouve peu à peu son calme. Débloqué mercredi puis rebloqué le lendemain, le site devrait être pleinement accessible demain matin. Vendredi, les étudiants grévistes ont adopté une nouvelle stratégie : libérer les accès au campus tout en fermant les bâtiments. Mais sous la pression de la direction de l'université, les barrages ont du être levés.

Une nouvelle assemblée générale aura cependant lieu demain, mais c'est du côté des lycées que les regards se tournent désormais.

 

b57399bec05a50a29c93ddc701c00fb2.jpg
Dernières barricades devant la fac St Charles, vendredi matin.
 

La réforme du Bac Pro inquiète élèves et enseignants, bien plus que la LRU. Les manifestations de mardi et jeudi on montré une "passation" du mouvement des étudiants au lycéens, désormais largement majoritaires dans les cortèges (Près d'un millier de lycéens pour 100 à 150 étudiants à Marseille jeudi). Mais la sincèrité de ce nouveau mouvement est fragile du fait de l'implication de nombreux lycéens davantage motivés par le "spectacle" et la suspension des cours que par la lutte contre une réforme dont il ne connaissent que rarement le contenu. Ainsi, les cortèges sont presque exclusivement composés d'élèves de seconde et de première. La perspective du Bac aidant, les terminales sont peu représentées.

A l'instar des cortèges qu'ils composent durant les manifestations, ces grévistes sont imprévisibles et sujets a de fréquents débordements. On dénombre ainsi une dizaine d'interpellation depuis mardi dans les rangs des lycéens, dont 10 pour la seule journée de vendredi, suite notamment à des jets de pierres et d'oeufs sur les forces de l'ordre. Plus inquiétant, des marins-pompiers qui intervenaient vendredi matin sur un feu de container devant le lycée professionnel Camille Juillan ont été agressés par un groupe de jeunes. Quatre d'entre eux ont été légèrement blessés.

Des discussions sont en cours entre les services de police et l'Education Nationale pour faire retirer ces containers, utilisés pour bloquer les accès aux établissements et rapidement incendiés.

 

Lire également :

LRU : Première "action" étudiante à Marseille

LRU : Une première fac bloquée à Marseille

LRU : anti-blocage et apolitisme

LRU : Prudence et consensus à Aix-Marseille I

LRU : le point sur la mobilisation à Aix-Marseille I

CPE II, le retour ?

 

22/11/2007

LRU : Première "action" étudiante à Marseille

Une centaine d'étudiants a manifesté peu après 15h sur le boulevard d'Athènes, bloquant la circulation au pied de "l'escalier monumental" de  la gare St Charles (3e). Le cortège improvisé s'est ensuite rendu au carrefour des Réformés (haut de la Canebière), toujours dans le but d'envahir la chaussée à l'aide de banderoles au gré des feux rouges. Le périple a failli mal se terminer, sous des trombes d'eau en haut du boulevard Nédélec, surle chemin du retour vers le campus lorsqu'un "sit-in" de trop a provoqué le déploiement des forces de l'ordre. C'est finalement un simple bus de tourisme qui a poussé - bien malgré lui - les manifestants jusqu'à l'entrée du campus occupé depuis lundi.

 

3d5da99cc7fb106f5ec163e4cdbcd147.jpg
Cliquez sur l'image pourvoir les autres photos

 

Lire la suite

19/11/2007

LRU : Une première fac bloquée à Marseille

Environ 300 étudiants (et non 500 comme annoncé par l'AFP) ont voté le blocage et l'occupation de la fac StCharles en début d'après-midi. Une cinquantaine d'entre eux s'est opposé à ces mesures et autant se sont abstenus. Le campus marseillais a ainsi renoué avec le blocage, un peu moins de deux ans après les 2 mois d'occupation du mouvement anti-CPE. Le campus compte 6000 inscrits, essentiellement en sciences (c'est l'originalité de ce blocage). 300 votants parait donc peu représentatif, bien que les AG les plus importantes tenues ces deux dernières semaines n'aient réussi à réunir plus de 500 étudiants.

Dès cet après-midi, tables et chaises ont refait leur apparition à l'extérieur, pour bloquer les accès et quelques dizaines d'étudiants aidés par quelques dizaines de leurs collègues d'Aix ont réalisé banderoles et autres accessoires en prévision de la manifestation de demain.

Le blocage sera réellement effectif demain matin, mais les personnels et chercheurs pourront circuler librement sur le campus.

a9aa75017d26519fc0c9f330b81c825e.jpg
Comme une impression de déjà vu...

 

Le blocage peut-il tenir ? 

C'était le moment ou jamais : la veille d'un "grand jour de mobilisation" et donc la quasi-assurance de ne pas être délogés dans les 24 premières heures. Mais ensuite...les bloqueurs, surtout les "anciens du CPE" ne se font pas d'illusions, les CRS entreront un jour ou l'autre sur le campus. Mais la semaine sociale est encore chargée, ce qui pourrait si les négociations n'avancent pas, permettre aux grévistes de tenir quelques jours, mais vraisemblablement pas au delà de vendredi, comme on a pu le voir à Aix.

 

 Que dit la direction ?

Elle ne dit rien. Le président d'Aix-Marseille I , Jean-Paul Caverni était à Aix, ainsi que "toute l'équipe de direction" selon la responsable de la communication. Etait-il possible de les joindre malgré tout ? Non, ils étaient "sur le site d'Aix qui est, comme vous le savez, toujours fermé administrativement". Il faut croire qu'ils avaient aussi coupé "administrativement" les lignes téléphoniques et les portables...

 

Lire également :

LRU : anti-blocage et apolitisme

LRU : Prudence et consensus à Aix-Marseille I

LRU : le point sur la mobilisation à Aix-Marseille I

CPE II, le retour ?

 

 

18/11/2007

LRU : anti-blocage et apolitisme

Politique : adj. (gr. politikos, de polis, ville) Relatif à l'organisation du pouvoir dans l'Etat, à son exercice. (Larousse)

 

Les "anti-blocage"

Bien que le gros des troupes soit versatile, l'intervention d'enseignants-chercheurs, voire de membres de la direction de l'université en AG pour dénoncer la LRU rassure les indécis et entraîne une certaine indulgence vis-à-vis des étudiants les plus impliqués. Mais une minorité persiste à s'opposer, parfois jusqu'à l'humiliation, tels ces 3 étudiants, membres de l'UNI ("La droite universitaire") intervenus contre la grève lors de l'AG de St-Charles, jeudi dernier et dont les arguments ont été démontés point par point par un maître de conférence. Cette opposition active (notamment sur internet) mais peu représentée peine parfois à s'identifier*, se faisant passer dans un premier temps pour "des étudiants apolitiques qui veulent simplement retourner en cours". Apolitique. Le détail est récurrent.

ce2237a57901167f3e06139612615804.jpg
Trois étudiants ont manifesté leur opposition à la grève jeudi en AG

 

Dernier exemple en date, posté hier soir sur le site de LaProvence.com :

Rendez-vous à 11H sur la place de la mairie d'aix en provence pour un sit-in apolitique et non violent pour que nous puissions nous faire entendre afin de retourner le plus vite en cours. * Thème : La reprise des cours! * Matériel recommandé: livres, block-notes, profs, cahiers, etc. ainsi que des habits blancs (tee-shirt, bandeaux...) Venez nombreux pour que nous puissions nous faire enfin entendre! Pour des raisons pratiques, merci de nous confirmer sur facebook votre présence.

 

Note : Pour les "raisons pratiques", consulter également LaProvence.com

 

Liberté chérie

Dans le même registre, l'association Liberté Chérie qui à Marseille, avait connu son heure de gloire au plus fort de la grève de la RTM en 2005 refait très opportunément surface un soir de grève dans les transports. Mercredi, deux militants en chemises tractaient malgré le mistral sur le parvis de gare Saint Charles. "Non au chantage des syndicats ! Oui aux réformes !" pouvait-on lire sur les tracts. Ici encore l'argument principal de ces deux étudiants en droit (une fois n'est pas coutûme) pour justifier la sincérité de leur engagement était l'apolitisme...tout en se revendiquant libéraux. Etonnant, de la part de membres d'une association fondée par Edouard Fillias, candidat mort-né du parti ultra-libéral Alternative libérale - faute d'un nombre de parrainages suffisant - lors des présidentielles de 2007.

 

 

L'engagement presque "suicidaire" de ces individus toujours très peu nombreux sur le terrain et peu armés face aux critiques renforce leurs adversaires plus qu'il ne les atteint. Les indécis y décèlent parfois une tentative de manipulation et se rallient aux grévistes, en apparence plus sincères que ces "apolitiques" dont l'engagement demeure bien étonnant pour des individus qui se prétendent si peu intéressés par la vie de la cité...

 

*Les ruses vont également bon train chez les grévistes. On pouvait ainsi remarquer jeudi les interventions en AG d'une militante active du mouvement local intallée parmis les autres étudiants dans les gradins, à l'écart autres "actifs".

 

Lire également :

LRU : Prudence et consensus à Aix-Marseille I

LRU : le point sur la mobilisation à Aix-Marseille I

CPE II, le retour ?

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu