Avertir le modérateur

26/08/2006

Sapeurs-pompiers en grève

Un nouvel album est disponible sur le dernier rassemblement de sapeurs-pompiers sous les fenêtres du Conseil général en Juillet dernier.

Pour y accèder, cliquez sur l'image ci-dessous. 

 

Boitier : Canon AE1-P.

Optique : 75-200 et 50mm.

Film : Kodak T-Max 400 

Tirage : Négatifs numérisés.

 

 

medium_sapeur_pompier_iat_arg_ret.JPG

 

 

06/07/2006

Retour de flamme : les sapeurs-pompiers confrontés au CRS

Lundi matin, près de 200 sapeurs-pompiers étaient à nouveau réunis devant le conseil général, cette fois plus largement équipés en fusées de détresse, fumigènes et autres accessoires avec en prime un barbecue.

 

Toujours au coeur des priorités, l'IAT (Indemnité d'administration et de technicité) une prime augmentant le salaire annuel des soldats du feu d'environ 1400€. Une somme nécessaire afin de pouvoir affronter la crise du logement et l'inflation, d'autant plus que les officiers qui eux, ont déjà obtenu l'IAT, bénéficient d'une prime de logement.

"Nous faisons déjà plus de 2280 heures par an, on travaille déjà plus, pourtant ça ne leur suffit pas !" s'indigne l'un d'eux.

"Nous ne voulons pas faire comme nos collègues du Var, nous ne sommes pas là pour casser, mais nous voulons être entendus. On préfèrerait dépenser toute cette énergie à lutter contre les incendies plutôt qu'à faire du bruit ici, mais on est à bout" insiste Charles Fantauzzo, délégué CFTC/SNSPP.

Après un instant de latence à l'extérieur, les pompiers ont finalement pénétré dans des locaux, pour faire un sit-in et entonner des chansons dans le "bateau" du conseil général. C'est alors que la police, en tenues anti-émeutes est intervenue pour les déloger. Une opération effectuée dans le calme grâce à la médiation de la délégation syndicale.

 

Entre temps, la sécurité avait reçu l'ordre de ne pas faire rentrer la presse.

...Les affrontements entre pompiers et policiers ne sont jamais très bon pour l'image :

 

A  l'extérieur les passants s'indignent "C'est une honte ! Envoyer des CRS face aux pompiers, un honte !"

 

Les sapeurs ne quitteront le parvis que vers 18h, sans avoir obtenu gain de cause.

Cependant, les négociations se poursuivent.

 

A suivre, donc...

 

medium_visite_metro_014.jpg
Invasion "bon enfant" du bâtiment du conseil général

 

 

26/06/2006

A défaut de sardines, ce sont les détritus qui boucheront bientôt le port de Marseille

Depuis quelques jours, des dizaines de sacs poubelles, cartons et autres déchets s'accumulent dans les rues sur plusieurs mètres de hauteur. La raison ? Une grève du personnel chargé du ramassage - phénomène récurrent dans la cité phocéenne.

 

A l'origine de ette rève, une réorganisation du travail :

Jusqu'à présent, les bennes effectuaient un, voire plusieurs passages par jour et ce, 7 jours sur 7. Ainsi, le ramassage du Dimanche devrait être supprimé, et plus de personnel affecté au nettoyage des rues. Les heures effectuées le Dimanche étant beaucoup mieux rémunérées que le reste de la semaine, cette restructuration représente un manque à gagner pour les équipes de ramassage.

 

Pour le maire, Jean-Claude Gaudin, interrogé Jeudi à ce propos, il est nécessaire que le personnel d'entretien fasse un effort afin que la vie des marseillais s'améliore. "Nous sommes la municipalité la plus généreuse avec ses employés" a-t-il déclaré, regrettant cependant une certaine mauvaise foi des éboueurs "ils sont très loin de travailler 35 heures par semaine !"

 

Aujourd'hui la situation semble bloquée et les ordures s'amoncellent inexorablement, répandant partout une "douce odeur" plus favorable aux gabians qu'aux commerçants. "Si les éboueurs restent en grève, les marseillais ne les soutiendront pas plus qu'ils ne l'ont fait pour la RTM" a prévenu Jean-Claude Gaudin.

 

 

medium_IMG_5909.JPG
Quand les déchets défient le préfet. Rue de Rome, cet après midi.

 

16:45 Publié dans Outer Space | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : ordures, MPM, grève, Gaudin

22/06/2006

Sapeurs-pompiers : des primes ou déprime

Près de 200 sapeurs-pompiers en provenance d’une soixantaine de casernes de la région se sont rassemblés ce matin, devant l’hôtel du département.

En grève depuis une semaine, ils demandaient a être reçus par des responsables du conseil général, du fait de leurs difficultés à obtenir l’indemnité d’administration et de technicité (IAT) ainsi que la suppression des quotas régissant les montées en grade. L’IAT, prime négociée en 2003 au conseil d’administration du SDIS (centre départemental d’incendie et de secours), était depuis sans cesse reportée, du fait de l’opposition du conseil général, la jugeant trop difficile  à supporter financièrement. « Manifester n’est pas notre vocation, mais là, nous n’avons plus le choix, regrette Charles Fantauzzo, président départemental de la CFTC/SNSPP, il s’agit  avant tout d’un rassemblement pacifique afin d’être reçus et aborder une saison difficile dans la sérénité.» Reçue en fin de matinée dans les locaux du CG, barricadés de l’intérieur par le service de sécurité, la délégation de pompiers ressortira près de deux heures plus tard, après avoir rejeté des « proposition insatisfaisantes ».
Malgré une tension certaine, tous se sont accordé sur la nécessité de poursuivre la grève et de mettre en place une intersyndicale rapidement. « Restons dignes », a déclaré l‘un des délégués syndicaux, soulignant le caractère non-violent du mouvement.


Bien qu’en grève, les sapeurs-pompiers continuent à assurer les urgences mais n’assurent plus l'encadrement des spectacles, plages et autres activités annexes. De nouvelles actions devraient être menées la semaine prochaine.

 

medium_IMG_5831.2.JPG

 Les sapeurs écoutent le compte-rendu de la délégation reçue par les reponsables du CG

15/06/2006

Les douaniers crient halte aux restructurations

En début de matinée, répondant à l’appel de l’intersyndicale CGT/FO/CFDT, une quarantaine de douaniers ont bloqué l’accès aux locaux de leur direction régionale, avenue Robert Schuman (2ème arr.) alors qu'un groupe de travail devait se réunir aujourd'hui à Paris pour aborder la réforme du service.
Au même moment, l’aéroport de Marignane ainsi que Port Saint-Louis étaient bloqués par plusieurs dizaines de leurs collègues.

medium_img_5512.jpg

Les douaniers manifestaient ce matin devant leur direction régionale


« Depuis 1993, nous subissons restructuration sur restructuration, explique Frédéric Michel, délégué FO, ça devient traumatisant. »

Ce nouveau plan devrait concerner 650 agents de contrôle, dont 30 à la direction régionale.
Des suppressions d’effectifs susceptibles d’entraîner de fâcheuses conséquences sur la protection des consommateurs « aux yeux du public, nous sommes là pour saisir des cartouches de cigarettes aux frontières. C’est un aspect mineur de notre travail. Lorsque des sièges-auto pour enfants contrefaits sont saisis, c’est un risque très grave qui est écarté » explique un agent. « On réduit les effectifs comme s’il n’y avait plus de travail pour les douanes !» s’insurge Annie, déléguée CGT.

Pourtant, le rapport d’activité 2005 de la direction interrégionale de Méditerranée indique nettement le contraire :
Avec près de 4,5 milliards d’euros, les recettes recouvrées par les différents services des douanes ont progressé de 4,68%.
Sur l’année, plus de 16 tonnes de drogue ont été saisies et 1200 affaires de contrefaçons traitées auxquelles s’ajoutent plus d’un millier infractions constatées en opérations commerciales. Parallèlement les unités aéro-maritimes ont permis l’identification de 5719 navires et le sauvetage en mer de 79 personnes.

Des chiffres qui inquiètent les douaniers « On nous demande d’être de plus en plus performants face à des affaires de plus en plus nombreuses, mais de moins en moins de moyens nous sont alloués ! » , explique l’un d’entre eux.

Venu en soutien, Jean-Paul Nostriano, adjoint au maire (PC) du 2ème secteur, s’étonne « Nous avons un cowboy au ministère de l’intérieur qui prétend assurer la sécurité, mais dans les faits, on ponctionne les services de leurs effectifs [Les douanes dépendent du ministère de l’économie et des finances. NDLR]. Marseille est une ville de trafic et de trafics, c’est pourquoi les contrôles sont nécessaires.»


Pour des raisons de coût, les douaniers marseillais n’ont pas envoyé de délégation à Paris - où l’on comptait déjà 150 manifestants devant la direction générale à 9h30 - préférant se réunir localement pour donner plus d’ampleur à un mouvement de grève qu’ils espèrent plus efficace que les propositions de discussion faites par la direction. Jugées « stériles » par Roger Marteau, délégué CFDT, ces réformes seraient prêtes en interne depuis plus de 5 ans.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu