Avertir le modérateur

07/11/2007

CPE II, le retour ?

Depuis quelques jours, la grogne s'intensifie dans les facs. Parmi elles, l'université Aix-Marseille I truste les gros titres. Hier, en fin d'après-midi, les dépêches tombaient, annonçant grèves voire blocages votés par les assemblées générales d'étudiants et de personnels.

A Aix, le "principe de la grève" et l'établissement d'un "barrage filtrant" ont été adoptés par la majorité des quelque 450 étudiants réunis mardi sur le site de Schumann (fac de lettres) mais le blocage n'était pas encore à l'ordre du jour. Le site de Saint Charles, à Marseille à connu lundi sa première assemblée générale - la fac d'Aix ayant été fermée administrativement pendant plusieurs jours "pour raison de sécurité". Mais partout, le lexique du CPE ressort des cartons.  Mercredi (07/11) les étudiants d'Aix ont finalement voté le blocage lors d'une AG qui a réuni près de 900 personnes. En début de soirée on comptait 10 facs bloquées sur 85.

medium_illu_grève.2.jpg
Les "techniques" de blocage font partie des savoirs qui se transmettent invariablement.

 

 Deux ans après la crise (qui avait duré plus de deux mois à Marseille) quelles sont les forces en présence ?

Côté direction de l'Université, le président Paul Tordo qui avait essuyé tant bien que mal la grève en 2006 a cédé sa place à Jean-Paul Caverni l'année dernière. Ce dernier a tenté "un coup de force" le 31 octobre en fermant administrativement le site d'Aix suite a un incident avec des étudiants qui organisaient un "barrage filtrant". Un acte qui ne laisse aucun doute côté étudiant, "Le nouveau président veut faire ses preuves, montrer qu'il ne se laissera pas faire".

medium_illu_grève_2.jpg
Le campus Saint Charles en 2006

 

 

Côté étudiant, justement. Les militants sont-ils les mêmes qu'en 2006 ?

On pouvait s'attendre à de profonds changements deux ans après le CPE, dus à la progression dans les cursus, les cycles universitaires etc. Mais a priori, il n'en est rien. La plupart des leaders locaux de 2006 semblent avoir repris du service, particulièrement les militants qui se revendiquent de partis politiques (JC, JCR...). Sud Etudiant, largement majoritaire sur le site de Saint Charles en 2006 semble pour l'instant peu actif. Le syndicat étudiant pourrait pâtir du "renouvellement des têtes" au profit de l'Unef.

Quant aux militants lycéens anti-CPE, un certain nombre serait désormais actif en fac de lettres à Aix, mais rien n'indique qu'il en soit de même à Marseille. Les probables évènements à venir dans le cadre du mouvement naissant pourraient cependant réveiller quelques vocations.

 

medium_illu_grève_3.jpg
Occupation d'amphi à Marseille pendant le mouvement anti-CPE 

Tous les ingrédients semblent réunis pour provoquer un mouvement d'ampleur, au cours duquel le sigle LRU (loi relative aux universtés) est appelé à devenir aussi célèbre que CPE (Contrat première embauche). Si certains personnels craignent aujourd'hui à demi-mot un "nouveau CPE", le précédent est suffisamment récent pour permettre au gouvernement ainsi qu'aux présidents d'universités d'en tirer des leçons afin d'éviter la crise.

Mais les premières mesures (fermetures administratives) apparaissent peu "encourageantes" au vu de leurs résultats.

 

Publié initialement le 07/11/07 à 10h00. Mis à jour à 23h55.

 

02/06/2006

Alter-alternance à la fac

Fac StCharles, Hier :

 

Conformément aux grandes mesures préconisées par le président Chirac le 31 mars dernier, un tout aussi grand débat était organisé hier à l'université de Provence, sur le campus StCharles - qui s'était "illustré" durant la crise du CPE par près d'un mois et demi de grève - en présence du président Tordo, du recteur d'académie ainsi que d'autres "huiles" locales de l'enseignement supérieur (J.André, vice-président du CEVU, P-J.Bravo, proviseur du Lycée Thiers etc.).

 Le tout, en multiplex avec d'autres sites tels que celui d'Avignon.

 

Une parfaite organisation avec biscuits et jus d'orange à la sortie, pour ce "débat Potemkine" sur l'alternance à l'université et les voies de professionnalisation, pour lequel personne, au sein d'un public ne semblait se faire d'illusions. Il faut dire qu'il n'y avait pas grand monde en cette semaine de révisions pour les étudiants du campus.

C'était sans compter sur l'intervention d'une trentaine d'étudiants, bien décidés à "mettre un terme à cette mascarade" selon les mots de l'un d'entre eux.

Ainsi, avant même que les échanges ne débutent dans l'amphi, les étudiants munis de pancartes affirmant leur refus de "la privatisation des universités" ont envahi les lieux, forçant l'assistance à quitter prématurément ce débat mort-né, après quelques échanges houleux et malgré les menaces du président Tordo de faire intervenir la police.

Bien que les organisateurs considèraient hier soir cette action comme "une petite victoire", on peut cependant regretter qu'un dialogue plus constructif n'ait pu s'amorcer entre les différentes parties, évitant ainsi de laisser planer l'image de saboteurs révolutionnaires, aussi sourds et bornés que le gourvernement contre lequel ils luttaient il y a quelques mois.

 

Celà dit, cette nouvelle preuve que les "anti-CPE" restent mobilisés malgré l'approche des vacances et des examens en agace plus d'un.

 

A commencer par le président Tordo, quelque peu contrarié de voir sa grand'messe perturbée.

Cependant... 

 

 

medium_tordo_supplie.5.jpg 

 

 

 

 ...Malgré ses supplications...

 

 

 

 

 medium_tordo_mechant.2.jpg

 

 

 

 

...Puis la manifestation de son profond désaccord... 

 

 

 

 

 

 medium_tordo_griffes.jpg

 

 

 

 

 ...Et le fait qu'il ait sorti les griffes...

 

 

 

 

 

 medium_etudiants_envahisseurs.jpg

 

 

 

 Les "envahisseurs" n'ont pas cédé !

 

 

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu