Avertir le modérateur

17/11/2007

La Provence, un journal qui a des c...

Il y avait ce débat sur les anges...Mais voilà que ce profil de La Provence enregistré sur le site de vidéos en ligne Dailymotion pose désormais la question du sexe des journaux. Et contrairement aux apparences, La Provence est...un homme !

 

322c24ac35a26ccba048484250ddd4cd.jpg

 

...Mais pour La Voix du Nord, le mystère reste entier... 

cdf4e5aebd53af6d820e7084888412d5.jpg

 

  

16/11/2007

LRU : Prudence et consensus à Aix-Marseille I

Près de 400 étudiants se sont rassemblés hier dans le "grand amphi" de la fac St Charles, à Marseille pour débattre de la loi relative aux universités (LRU) et voter la grève ainsi que ses modalités.  4f16d4f9fe2c773c755a36f94134137c.jpg

 

Au terme de près de 4h de débats d'un calme relatif mais remarquable (et inversement), les étudiants ont adopté "le principe de la grève" pour la troisième fois sans que le blocage n'entre à l'ordre du jour, galvanisés par l'annonce de la réoccupation du site d'Aix en Provence (qui s'avèrera très éphémère).

 

Les mesures se sont toutefois précisées :

 

  •   La "libre circulation des personnels" a été adoptée, garantissant l'accès au campus au chercheurs et à l'ensemble des personnels en cas de blocage (bien qu'il n'en soit "pas encore question"...)
  •   La réouverture du site de Schumann à Aix (fac de lettre et sciences humaines), fermée administrativement suite à son occupation depuis vendredi dernier.
  •   La "banalisation des cours" : suspension des cours jusqu'à mardi afin de "préparer la grande journée de mobilisation"


Méfiez-vous des contrefaçons

Bien que l'AG s'annonce "souveraine", la banalisation des cours ne pouvait  être effective qu'avec l'aval de la présidence de l'université (qui l'avait refusée la veille). Mais qu'importe, une délégation s'est tout de même rendue à la direction afin de faire valoir la décision de l'AG...avec un succès partiel. En cas de refus, la riposte n'était pas définie. Heureusement pour les grévistes, quelques heures de banalisation ont été obtenues jusqu'à lundi. Bien loin cependant de ce qui était demandé.

 

Depêche 

Le vote en faveur de la suspension des cours est effectué. Si les journalistes sont nombreux dans l'amphi, la plupart sont photographes ou cameraman et les rédacteurs se font rares. Parmi eux, un correspondant de l'AFP annonce dans une dépêche en fin d'après-midi la "suspension des cours jusqu'au 20 votée à Saint Charles". L'assurance des étudiants a payé. Alors que les grévistes tentent d'obtenir une banalisation des cours à coups de bluff, journaux et sites web reprennent déjà la dépêche de l'AFP, annonçant une "suspension des cours à l'université" et autres interprétations a paraître demain pour celles qui n'aurontpar été corrigées à temps. Au final, seules quelques heures de banalisation seront consenties.

502420a16b2b6ec2ec46354ca595da6c.jpg
Vote du "principe de grève", hier à l'Université de Provence 

 

 

Poings liés

Une nouvelle fois, l'AG a adopté des mesures "théoriques", soumettant au vote des questions peu propices aux désaccords et posant des ultimatums sans préciser les menaces. Le calme des débats (sans commune mesure avec ce que l'on pouvoir voir à Aix la semaine dernière) s'explique avant tout par l'étonnante modération des leaders du mouvement à Marseille. Ils l'ont bien compris, un blocage est la meilleure façon de tuer le mouvement en dressant dos à dos les étudiants. L'opposition actuelle, constituée hier de trois militants (sic) de l'UNI (syndicat étudiant de droite) bardés d'autocollants "stop à la grève" fédère plus qu'elle ne divise chez les indécis. Mais les débats restent très "conceptuels", rien de concret n'est décidé, hormis quelques "débrayages d'amphis". On aborde les points qui rassemblent en évitant ceux qui fâchent, les "actions concrètes", blocages etc. car il suffit de les effleurer pour s'apercevoir qu'ils divisent beaucoup plus qu'en 2006. Et une bonne partie des "anti-LRU" semble prête a faire volte-face sans états-d'âme en cas de blocage.

c25dc54e86caf482ba412b5e47a67f69.jpg
Un militant de l'UNI, opposé à la grève

 

Cheminots 

Le rapprochement avec les cheminots, jusqu'à avant-hier confidentiel (aucun étudiant n'a participé à la manifestation du 14/11) et limité à des échanges officieux s'est illustré hier par l'intervention en AG d'un représentant de la CGT-rail en grève afin d'expliquer leur mouvement et sa reconduction. La perspective "d'organiser ensemble" le mouvement à l'avenir a été ouvertement abordée.

 

 

5e7dd32395e2ea5494d4ef2c3826467a.jpg
Etudiants et personnels ont participé aux débats durant 4h.

 

Le mouvement anti-LRU marseillais monte très lentement en puissance, mais demeure pour l'instant très fragile. Excepté un noyau "dur" de "vétérans anti-CPE" (tout au plus une quarantaine d'étudiants) le gros des troupes est versatile. S'il peut devenir décisif prochainement en cas de renforcement du mouvement, il contraint pour l'instant les "actifs" à la prudence et freine la concrétisation de la grève (occupations, blocages de campus, gares etc.) malgré des conditions favorables (grève dans les transports, médiatisation, inflexibilité du gouvernement...). Aujourd'hui, le point décisif demeure plus que jamais la journée du 20 novembre, point de jauge de la mobilisation qui pourrait précipiter le mouvement.

 

Lire également :

LRU : le point sur la mobilisation à Aix-Marseille I

CPE II, le retour ?

Retour sur : 

Gare StCharles : Instants d'occupation

 

 

 

 

 

15/11/2007

Imprimer un dossier de presse nuit gravement à la santé

 Extrait d'un communiqué de presse de la préfecture...

 

Veuillez trouver ci-joint une invitation vous conviant à la visite des différents services impliqués dans le Plan Hivernal d'accueil, d'hebergement d'urgence et d'insertion des sans abri par Michel SAPPIN, Préfet de la région Provence Alpes Côte d'azur, Préfet des Bouches-du-Rhône et Pierre N'GAHANE, Préfet délégué pour l'Egalité des chances.

Ce vendredi 16 novembre à XXh.

Cabinet/service communication
tél : 04 91 xx xx xx
fax : 04 91 xx xx xx


"Pour le respect de l'environnement, veuillez n'imprimer ce message ainsi que les pièces jointes qu'en cas de nécessité."

 

Note : les guillemets sont d'origine.

L'initiative est cependant intéressante, comparée aux services de presse qui envoient leurs dossiers par fax (30 pages) par mail (10Mo)  et par courrier et qui en plus appellent trois fois par jour pour savoir si on a bien reçu "le communiqué" et si on compte se rendre à "l'évènement"...

 

Police et Gendarmerie se rapprochent

Réunion "sécurité" en préfecture.

 

L'ensemble des acteurs est présent dans la salle...Ou presque. Deux fauteuils restent vides.

"Où sont les gendarmes ?" se demande-t-on enfin.

Renseignement pris (c'est qu'il y a des spécialistes dans l'assistance), il s'avère que les deux gendarmes ont été refoulés à l'entrée du parking du bâtiment par les policiers de garde et cherchent maintenant une place dans le quartier...

Guerre des services ? Pas du tout, le règlement a simplement été appliqué...

 

Jadis quand la gendarmerie péchait, c'était plutôt par excès et la police, par défaut. Aujourd'hui, le rapprochement des services semble bel et bien en marche.

10:51 Publié dans PolitOff | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : police, gendarmerie

14/11/2007

Les cheminots défilent sans les étudiants

Environ 1100 cheminots (chiffres police) ont manifesté ce matin dès 11h entre la gare Saint Charles et la place Félix Barret, voie de garage de la plupart des cortèges marseillais. Curiosité, le camion sono de tête, habituellement CGT était cette fois celui de FO. Le gros des troupes s'est dispersé dans le calme peu après leur arrivée devant la préfecture. Quelques dizaines de cheminots ont monté un barbecue et pique-niqué sans incident (hormis quelques merguez trop cuites) jusqu'aux environs de 14h. L'arrivée du cortège s'est faite sous haute surveillance (police + CRS) mais conformément aux prévisions, les étudiants étaient totalement absents de la manifestation.

Les contacts établis entre étudiants et salariés de la SNCF n'ont encore rien donné de concret. Il s'agirait  pour l'instant de "préciser les revendications et organiser les mouvements" avant d'envisager l'application de la "convergence des luttes" sur le terrain.

Tous les regards se tournent désormais vers le campus Saint Charles ou l'AG prévue demain pourrait  précipiter les choses, sous la pression "nationale". S'il est possible, un blocage du site dès vendredi matin reste néanmoins peu probable en raison notamment de la proximité du week-end et de la toute récente expérience aixoise.

71deb1f0a8b19d3fe5bb2da2448d4465.jpg
Marseille, aujourd'hui. arrivée du cortège de cheminots.

 

 

13/11/2007

La presse spécialisée passée à tabac

"Parce qu'il va sans dire que nous ne pouvons plus le laisser filer. Il irait immédiatement nous dénoncer à je ne sais quelle organisation-nazie-des-familles-pour-l'application-de-la-loi qui nous traquerait comme des chiens enragés"

Hunter.S.Thompson Las Vegas Parano (1972) (Ch.1)

 

« Je ne veux plus un seul fumeur en France. »

Jean-François Mattei, ancien ministre de la santé et conseiller municipal à Marseille, en 2003 lors de la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (source www.drogues.gouv.fr).

 

L'approche de l'application totale du décret anti-tabac, dès le 1er janvier 2008, semble déjà exciter les hygiénistes intégristes de tout poil, et certaines associations de défense, sentant la cavaleriemedium_churchill.jpg toute proche, passent à l'offensive en faisant feu de tout bois.

 

Le Foin

Mais depuis l'assignation en justice de magazines, sites et même blogs consacrés au cigare ou aux pipes pour "propagande en faveur du tabac", malgré les avertissements d'usage (Fumer tue, manger gras tue, vivre tue etc.), les bornes sont largement dépassées. On remarquera à ce propos que le citoyen auteur d'un site à caractère pornographique court moins de risques que l'amateur de havanes ou le collectionneur d'objets servant à consommer le tabac (car c'est bel et bien de tabac dont il s'agit)

 

Le Divin

Quelques exemples directement consultables :



Anonyme a dit...

Bonjour.

Je vous informe qu'une procédure va être engagée à votre encontre, pour publicité et communication sur le tabac librement accessibles sur internet.

A vous de prendre les dispositions nécessaires.

Un constat d'huissier va être effectué.

8/10/07 19:29

 

  •  Sans oublier les multiples précautions d'accès imposées à d'autres sites tels que celui de la revue L'amateur de cigare ou encore Cigarmania, un site "privatisé". Pas de doute, un mineur n'a aucun risque de tomber par inadvertance sur un cigare ou une pipe. En bois, du moins.


 Le Purin

 

 Mais c'est avec les poursuites engagées à l'encontre du magazine Cigare et Sensations (toujours pour le même motif) que le Climax de la crétinerie est atteint, voire survolé. Voici un extrait du billet d'humeur publié dans le dernier numéro par Yves Belaubre, directeur de la rédaction de Cigare et Sensations, :

"En juin 2007, le magazine Cigare et Sensations était attaqué en diffamation par l'association [Biiiiiip Pas plus de "propagande" ici. NDLR]  pour avoir critiqué les actes de cette association. Un mois plus tard nous recevions une nouvelle assignation de DNF, cette fois pour "propagande en faveur du tabac". Il est difficile en effet qu'un magazine dédié au cigare, aux vins et aux mets, ne parle pas de cigare..."

 

Le texte de l'assignation est disponible dans son intégralité au format .pdf sur le site de la revue, mais pour les plus

pressés, en voici un "best of" concernant notamment les faits reprochés. Attention aux yeux.

(cliquez sur les aperçus pour les agrandir).

medium_assignationfaits.jpg

 

On peut y lire que "les articles sont agréables à lire" et les photos soignées. Qu'il ressort "une joie de vivre, un épicurisme puisé notamment dans les volutes du cigare", d'un entretient avec Cumpay Segundo durant lequel le musicien "a dépiauté un cigare pour le rouler de nouveau, montrant sa dextérité".

Bref, il est constaté que les journalistes ont fait plus que correctement leur travail et que l'interviewé s'est montré perspicace voire démonstratif.medium_assignation_infraction.jpg

Si un tel magazine reste un "produit de niche" -  distribué cependant partout en France - le lire ne nuit ni à sa santé ni à celle de son entourage et le consulter par inadvertance ou le confondre avec le Journal de Mickey ou Pif Gadgets en kiosque paraît bien peu probable. D'autant plus que ce type de revue spécialisée est souvent placé bien plus haut que Playboy et Hustler. Les webmasters et directeurs de la rédaction visés partagent seulement leur passion pour une certaine conception du goût et de l'art de vivre, et il est inquiétant que certaines associations, pourtant "reconnues d'utilité publique" et subventionnées outrepassent leur mission, abusant de leur pouvoir et de leur notoriété pour procéder  une véritable chasse aux sorcières, aussi absurde qu'agressive.

La justice devrait éclaircir la définition de "publicité en faveur du tabac" dans les tout prochains mois. Dans tout les cas, il en sera de l'avenir de ces publications, mais un peu aussi de notre liberté d'expression.

Voir également : Le blog d'Yves Belaubre 

 

 

medium_propagande.gif
Et après le tabac ?..
 
 
Fumer nuit gravement à votre santé et à celle de votre entourage.
(Loi Evin 91-32
)

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu