Avertir le modérateur

17/06/2006

Week-end : Droit à l'image

La photographie de rue telle que la pratiquait Cartier-Bresson est un art de plus en plus difficile et contraignant. Impossible aujourd'hui, de saisir spontanément un instant de vie sur un bout de trottoir sans se faire lincher. A moins d'avoir préalablement demandé l'avis du "sujet", l'oeil déjà dans le boitier agrémenté d'un grand sourire niais et ce, quelques instants avant de déclencher. Auquel cas, la scène perd en spontanéité et donc en intéret.

Paradoxalement, tout le monde veut un téléphone avec appareil photo. Allez comprendre...

 

Pour les irréductibles,  entrainez-vous à compter :

La jurisprudence stipule qu'à partir de 8, les individus forment un groupe compact.

En deçà, il s'agit encore de personnes isolées, soit un risque d'ennuis si la photo venait à être utilisée.

 

16/06/2006

Salon des mairies : le flop

Hier prenait fin la première édition du salon des mairies et de l'économie sociale et solidaire en région PACA, organisée au parc Chanot les 14 et 15 Juin.


Au programme, un séminaire animé par des élus, chercheurs et acteurs de l'économie sociale, comprenant des conférences, débats et ateliers, mais également 115 exposants venus présenter de nouveaux produits et services destinés aux collectivités locales.
L'ensemble étant axé sur le thème "l'économie sociale et le développement local".

Mais après une visite approfondie, il faut se rendre à l'évidence : ce salon n'a pas attiré les foules, loin de là.
Tout au long des allées désespérément désertes de l'immense Hall 3 qui abrite le salon, les exposants font grise mine.
"La fréquentation est proche de 0" regrette-t-on au stand de Suez.

A l'accueil, les hôtesses, d'ordinaire réservées, désespèrent devant des portes qui, bien que laissées grandes ouvertes, ne laissent entrer personne. "C'est quand même un peu mieux qu'hier, précise l'une d'elles sans quitter l'entrée des yeux, l'information est mal passée."


Malgré l'échec de ce premier rendez-vous boudé par le public, tous espèrent que la deuxième (seconde ?) édition du salon, prévue l'année prochaine, rencontrera d'avantage de succès.

medium_img_5546.jpg

Les allées désertes désespèrent les participants de ce premier salon

15/06/2006

Les douaniers crient halte aux restructurations

En début de matinée, répondant à l’appel de l’intersyndicale CGT/FO/CFDT, une quarantaine de douaniers ont bloqué l’accès aux locaux de leur direction régionale, avenue Robert Schuman (2ème arr.) alors qu'un groupe de travail devait se réunir aujourd'hui à Paris pour aborder la réforme du service.
Au même moment, l’aéroport de Marignane ainsi que Port Saint-Louis étaient bloqués par plusieurs dizaines de leurs collègues.

medium_img_5512.jpg

Les douaniers manifestaient ce matin devant leur direction régionale


« Depuis 1993, nous subissons restructuration sur restructuration, explique Frédéric Michel, délégué FO, ça devient traumatisant. »

Ce nouveau plan devrait concerner 650 agents de contrôle, dont 30 à la direction régionale.
Des suppressions d’effectifs susceptibles d’entraîner de fâcheuses conséquences sur la protection des consommateurs « aux yeux du public, nous sommes là pour saisir des cartouches de cigarettes aux frontières. C’est un aspect mineur de notre travail. Lorsque des sièges-auto pour enfants contrefaits sont saisis, c’est un risque très grave qui est écarté » explique un agent. « On réduit les effectifs comme s’il n’y avait plus de travail pour les douanes !» s’insurge Annie, déléguée CGT.

Pourtant, le rapport d’activité 2005 de la direction interrégionale de Méditerranée indique nettement le contraire :
Avec près de 4,5 milliards d’euros, les recettes recouvrées par les différents services des douanes ont progressé de 4,68%.
Sur l’année, plus de 16 tonnes de drogue ont été saisies et 1200 affaires de contrefaçons traitées auxquelles s’ajoutent plus d’un millier infractions constatées en opérations commerciales. Parallèlement les unités aéro-maritimes ont permis l’identification de 5719 navires et le sauvetage en mer de 79 personnes.

Des chiffres qui inquiètent les douaniers « On nous demande d’être de plus en plus performants face à des affaires de plus en plus nombreuses, mais de moins en moins de moyens nous sont alloués ! » , explique l’un d’entre eux.

Venu en soutien, Jean-Paul Nostriano, adjoint au maire (PC) du 2ème secteur, s’étonne « Nous avons un cowboy au ministère de l’intérieur qui prétend assurer la sécurité, mais dans les faits, on ponctionne les services de leurs effectifs [Les douanes dépendent du ministère de l’économie et des finances. NDLR]. Marseille est une ville de trafic et de trafics, c’est pourquoi les contrôles sont nécessaires.»


Pour des raisons de coût, les douaniers marseillais n’ont pas envoyé de délégation à Paris - où l’on comptait déjà 150 manifestants devant la direction générale à 9h30 - préférant se réunir localement pour donner plus d’ampleur à un mouvement de grève qu’ils espèrent plus efficace que les propositions de discussion faites par la direction. Jugées « stériles » par Roger Marteau, délégué CFDT, ces réformes seraient prêtes en interne depuis plus de 5 ans.

14/06/2006

Sans-papiers : la mobilisation se poursuit sur le Vieux port

Une cinquantaine de sans-papiers dont une quizaine d'enfants se sont rassemblés ce matin peu avant midi sur le quai d'honneur, à quelques mètres des fenêtres du sénateur-maire (UMP) Jean-Claude Gaudin. Un nombre bien en deçà des 250 espérés par Mohamed, représentant des familles et père de quatre enfants.

medium_enfants_rf.jpg

Face à la mairie, une quizaine d'enfants étaient présent avec les adultes venus demander leur régularisation



Depuis leur départ des anciens locaux de l'OMI (3ème arr.) qu'ils occupaient depuis le 31 mars, les familles de sans-papiers sont désormais installées sous des baches et des tentes dans la cours du centre diocèsain "Le Mistral" (1er arr.), déterminés à obtenir leur régularisation.
Bien que tolérant leur présence, les responsables du diocèse ont tout de même délimité la zone d'occupation à l'aide de bande de signalisation. "Tout un symbole" constate Méhu.


"On est là pour dénoncer le silence des autorités !" assure Aminata, l'une des porte paroles. Un silence qui semble s'estomper devant la détermination des familles : Vendredi, une délégation sera enfin reçue à la préfecture, composée des diverses organisations de soutien, CIMADE, CCFD, la Pastorale des Migrants ainsi que le secours catholique. Seul bémol : les principaux intéressés ne sont pas conviés à la rencontre.
Un "détail" que déplore Florimond Guimard, membre du Réseau Education Sans Frontières (RESF) "ça en dit long sur la volonté des autorités."


A l'écart du groupe, Touré distribue des tracts appelant à la régularisation de tous les sans papiers ainsi qu'au retrait du CESEDA.
Guinéen d'origine, il est arrivé clandestinement en France en 1999. Depuis, il vit dans la crainte d'être reconduit. "Je n'ai jamais été contrôlé par la police, mais beaucoup de mes amis n'ont pas eu autant de chance que moi, precise-t-il, J'espère que nous serons régularisés. C'est difficile."



medium_toure_fakory.jpg

Touré distribue des tracts aux passants sur le quai - non sans difficultés



Quelques mètres plus loin, un groupe de femmes aborde un sujet sensible : "On a des problèmes parce qu'il y a de plus en plus de femmes voilées dans le collectif, déclare l'un d'entre elles, je suis musulmane à 100%, mais il faut discuter de ça, car c'est une régression totale sur toutes nos revendications en tant que femmes."


Malgré le pessimisme affiché, ils espèrent beaucoup de la réunion à la préfecture, Vendredi après-midi. "On a rien d'autre" regrette Mohamed.

Inside Man : Enquête à la rédaction de 20minutes Marseille

Attention : Afin de profiter pleinement de la note qui va suivre, nous vous conseillons de visiter le blog officiel de la rédaction : http://marseille.20minutes-blogs.fr


Les insectes sont les animaux les plus répandus sur terre, bien plus nombreux que les humains.
Comme nous le verrons, ce constat s’applique également à la rédaction de 20 minutes Marseille.


Enquête exclusive au cœur de la zone sinistrée.




medium_tapis_de_souris.jpg


___________________________________________________________________________



Lundi 15h. Un coup de fil pour assurer ma visite et me voilà parti, à la recherche du 29, dans une rue où pairs et impairs sont décalés d’une vingtaine de numéros…
Recherche qui m’amène à une simple porte de bois, certainement bien antérieure au concept de « quotidien gratuit », près de laquelle figure un interphone ainsi que le nom « 20minutes », inscrit au bic (sans doute après avoir inséré l’étiquette...) face à l’un des boutons. J’appuie et presque aussitôt, la porte s’ouvre….


medium_1_doigt_sonette.jpg





A l’intérieur, un indice conforte ma lente progression : sur une bordure, trône fièrement une boite aux lettres flanquée du logo du quotidien. Dissidente, ou posée là par hasard (A moins que ce ne soit par manque de place/vis) ?


medium_2_boite_aux_lettres.jpg




Confiant, je poursuis l’exploration de ce lieu lugubre et entreprends une prudente ascension jusqu’au 1er étage, faute d’avoir trouvé l’interrupteur.

medium_3_escaliers_colimacon.jpg




Arrivé sur le palier, une étrange lumière (sans doute les feux de l’actualité) attire mon attention vers l’une des portes.medium_4_lumiere_escaliers.jpg



C’est elle ! Agrémentée d’un panneau « Cabinet Médical ». Curieusement, une seconde sonnette porte la mention « Sonnez et poussez». Le docteur Raoul Duke serait-il également obstétricien ?



medium_5_cabinet_medical.jpg





A mon arrivée, surprise, je suis accueilli par Laurent Weil, immortalisé ci-contre dans la salle des archives, sans doute à la recherche des chiffres du box-office, égarés entre deux comptes-rendus de conseil municipal.



medium_6_hutch_dos.jpg




Toute rédaction qui se respecte possède une pièce réservée à ses Unes. 20minutes Marseille ne fait pas exception. Certes elles jaunissent et se décollent peu à peu mais «elles sont rares, se plaint Hutch, et la plupart du temps, il est question de l’OM ».



medium_7_unes_mur.jpg




Equipée d’un canapé rouge vif digne d’un clip de Mylène Farmer, la pièce fait également office de salle de réception. « Dire qu’on a failli recevoir Gaudin là-dedans » se rappelle Hutch en pointant le « coin à Starsky » . Soudain il s’exclame « Et elle a encore laissé le café ouvert ! Tu es témoin ».



medium_8_cafetiere.jpg



A ce propos, arrêtons nous un instant sur quelques images pour analyser la situation (après tout, je suis aussi venu en tant que consultant). Plusieurs choses transparaissent :

- Starsky aime le café mais soucieuse de sa ligne, elle préfère l’aspartame au demi-sucre
- Préoccupée par le devenir des petits producteurs, elle consomme des produits issus du « commerce équitable ».
- Son faible engouement pour la fermeture des emballages semble constituer un facteur aggravant, de la prolifération de mites constatée – et subie - dans les locaux depuis plusieurs mois.




Pour lutter contre l’envahisseur, des pièges à phéromones ont été disposés sur toutes les surfaces horizontales que compte la rédaction.


medium_9_tasse_et_kapo.jpg




Ainsi, d’après les remarques précédentes, nous pouvons conclure qu’il est possible de prédire l’évolution du cours de l’action Kapo d’après la consommation de café de Starky.




La presse gratuite est-elle rentable ? Le doute est permis. Panorama du garde-manger.

medium_10_frigo.jpg


"C'est quand même la honte" Précise mon guide.





Détail des aménagements réalisés sur les étagères de la salle de rédaction après leur effondrement survenu la semaine dernière, ayant entrainé la mort du décodeur Canal+ à quelques heures du coup d'envoi du mondial.



medium_11_scotch_tient_l_etagere.jpg



Constat : Le mobilier ne respecte pas les normes antisismiques
Le fabricant a également commis la boite aux lettres.
Mesures : Chaussures de sécurité et port du casque obligatoire



Mais 20 Minutes c'est avant tout des articles. Ainsi, en exclusivité pour les lecteurs de Marseille en scène, assistez avec Sandrine à la naissance d’une page sports !
(Remarquez au passage, la bombe d’insecticide à gauche de l’écran)
"En principe, on boucle à 19h. Autant te dire que c'est rarement le cas" Hutch.


medium_12_naissance_d_un_article.jpg




…Et bien entendu, nos deux fins limiers veillent toujours sur les pages locales et le blog de la rédaction :


medium_hutc140.jpg

13/06/2006

DirectSoir, la menace gratuite ?

Le 6 Juin débarquait en France DirectSoir, un nouveau « gratuit » paraissant à partir de 17h avec pour objectif de divertir à la sortie des bureaux…ou faire avaler un maximum de publicités à des personnes fatiguées, c’est selon…

medium_directsoir_distribution.jpg

Distribution du "nouveau quotidien du soir" aux abords de la gare StCharles



Curieusement, le lendemain paraissait le second-premier numéro de FranceSoir, version tabloïd, un autre quotidien du soir, payant, mais il semble que ce soit globalement la seule différence avec le « nouveau gratuit du soir ».



DirectSoir, c’est donc :


- Des pages clairsemées mêlant texte rédigé avec une taille police à la mesure des espaces abyssaux figurant entre les paragraphes.

- Des interviews « exclusives » - par téléphone - de personnalités de premier ordre telles que Abdou Diouf ou Arlette Laguiller, le tout en une poignée de questions éparpillées sur la page entre quatre photos 10x10.


- L’aboutissement d’un concept : le peoplelitique, avec à la Une du numéro 2, notre cher président revêtu du maillot de l’équipe de France et à celle du numéro 3, notre tout aussi cher ministre de l’intérieur, immortalisé en plein footing, le tout agrémenté du titre « Marathon Man ». Dommage pour le 4ème numéro, il semble qu’à Matignon on ait renoncé aux footings sur la plage…

- Des articles de fond aux problématiques complexes comme « Belles, belles, belles. Comment font-elles ? »


- Des citations de haut vol : « A 26 ans, on ne récupère pas aussi vite qu’à 17 ans. La fraîcheur entre en jeu » (Martina Hingis)


- Sans oublier les conseils télé, avec chaque soir, l’éloge du prime time de TF1 ou bien de M6, et parfois de France 2 pour ne pas faire trop suspect. Mais pourquoi un tel acharnement sur ces chaînes ?
Après quelques recherches, il apparaît que le Groupe Bolloré, détenteur du titre (qui a également commis la chaîne Direct8, figurant évidemment en bonne place dans le programme) est associé au groupe Euro Media Television, ensemblier technique pour, entre autres, Qui veut gagner des millions et Les enfants de la télé, et « réalise de nombreuses opérations spéciales basées sur la mise en œuvre de dispositifs […] de production et de transmission (type Koh Lanta, Opération Séduction, Millénium Iles Tonga Pacifique Sud). Il a pris pied dans la réal TV avec le Groupe ENDEMOL (Loft Story, Star Academy, Nice People) en gérant tant la partie immobilière que la conception technique et l'exploitation du dispositif » Source : www.euromediatelevision.fr

Etonnant non ? Ajouterait Monsieur Cyclopède...


- Le tout est imprimé au tampon encreur sur de l’essuie tout industriel. Fait étonnant lorsque l’on sait que les Bolloré sont, à la base, une famille de papetiers…



Quand « publication » rime avec « torchon » l'inquiétude peut nous gagner à propos de l'avenir de la presse écrite …



medium_directsoir_camion.jpg

Malgré la déferlante DirectSoir, Metro et 20minutes restent au dessus du lot

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu