Avertir le modérateur

14/06/2006

Sans-papiers : la mobilisation se poursuit sur le Vieux port

Une cinquantaine de sans-papiers dont une quizaine d'enfants se sont rassemblés ce matin peu avant midi sur le quai d'honneur, à quelques mètres des fenêtres du sénateur-maire (UMP) Jean-Claude Gaudin. Un nombre bien en deçà des 250 espérés par Mohamed, représentant des familles et père de quatre enfants.

medium_enfants_rf.jpg

Face à la mairie, une quizaine d'enfants étaient présent avec les adultes venus demander leur régularisation



Depuis leur départ des anciens locaux de l'OMI (3ème arr.) qu'ils occupaient depuis le 31 mars, les familles de sans-papiers sont désormais installées sous des baches et des tentes dans la cours du centre diocèsain "Le Mistral" (1er arr.), déterminés à obtenir leur régularisation.
Bien que tolérant leur présence, les responsables du diocèse ont tout de même délimité la zone d'occupation à l'aide de bande de signalisation. "Tout un symbole" constate Méhu.


"On est là pour dénoncer le silence des autorités !" assure Aminata, l'une des porte paroles. Un silence qui semble s'estomper devant la détermination des familles : Vendredi, une délégation sera enfin reçue à la préfecture, composée des diverses organisations de soutien, CIMADE, CCFD, la Pastorale des Migrants ainsi que le secours catholique. Seul bémol : les principaux intéressés ne sont pas conviés à la rencontre.
Un "détail" que déplore Florimond Guimard, membre du Réseau Education Sans Frontières (RESF) "ça en dit long sur la volonté des autorités."


A l'écart du groupe, Touré distribue des tracts appelant à la régularisation de tous les sans papiers ainsi qu'au retrait du CESEDA.
Guinéen d'origine, il est arrivé clandestinement en France en 1999. Depuis, il vit dans la crainte d'être reconduit. "Je n'ai jamais été contrôlé par la police, mais beaucoup de mes amis n'ont pas eu autant de chance que moi, precise-t-il, J'espère que nous serons régularisés. C'est difficile."



medium_toure_fakory.jpg

Touré distribue des tracts aux passants sur le quai - non sans difficultés



Quelques mètres plus loin, un groupe de femmes aborde un sujet sensible : "On a des problèmes parce qu'il y a de plus en plus de femmes voilées dans le collectif, déclare l'un d'entre elles, je suis musulmane à 100%, mais il faut discuter de ça, car c'est une régression totale sur toutes nos revendications en tant que femmes."


Malgré le pessimisme affiché, ils espèrent beaucoup de la réunion à la préfecture, Vendredi après-midi. "On a rien d'autre" regrette Mohamed.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu