Avertir le modérateur

10/06/2006

Professionnalisation des études : Suite et fin du "grand débat"

 Attention : Version édulcorée

 

C'est sous très haute surveillance que s'est tenu, jeudi 8 Juin, au palais du Pharo (Université de la Méditerranée), le troisième et dernier volet du débat national sur l'avenir de l'université, l'une des mesures préconisées par le gouvernement suite à la crise engendrée par la loi sur l'égalité des chances l'hiver dernier.

 

Près d'une cinquantaine de policiers étaient mobilisés afin d'éviter tout nouveau débordement, suite à l'intervention d'étudiants opposés à la tenue du débat, qu'ils considèrent comme "un pas de plus vers la privatisation des universités" sur le campus StCharles (Aix-Marseille I), la semaine précédente.

Un débat axé sur la professionnalisation des études, en présence d'Alain Tricolet, président du groupe Genoyer, Jacques Cercelet, représentant de l'union patronale des Bouches du Rhône, mais également de sociologues tels que Georgie Simon-Zarea, le proviseur du Lycée Thiers, Pierre-Jean Bravo ainsi que deux élus étudiants, autour du recteur, Jean Paul de Gaudemar et d'Yvon Berland, président de l'université de la Méditerranée.

Deux élus étudiants, un bien maigre effectif pour représenter les 24 000 d'Aix-Marseille II et ceux des autres universités marseillaises, en raison, d'une part,  de mesures de sécurité dignes d'une conférence à Davos, d'autre part, du fait que cette série de débats a lieu en pleine période d'examens. Pour Thibaut, étudiant élu au CEVU de l'université de Provence, ce n'est pas un hasard "Je suis invité à un débat auquel je ne peux pas participer en raison de mes examens. Après on nous dira que tout le monde a été consulté" ajoutant que "De toute façon, c'est une mascarade, les décisions sont prises depuis longtemps".

 

 Pourtant à l'issue de cette troisième conférence, il fut d'avantage question de propositions et de souhaits plutôt que de véritables décisions :

Le souhait de voir "les règles qui régissaient l'ancien système" évoluer rapidement, tout en se félicitant de la rapide mise en place du LMD dans les universités françaises et du grand intéret des étudiants pour les filières dites "professionnalisantes" (Masters Pro, BTS...).

L'accent fut mis sur la valorisation de la formation continue, avec la multiplication des possibilités de retour à l'université après l'insertion professionnelle (notamment après la licence) et le concept de "formation tout au long de la vie" présenté par le sociologue Pierre Beret, déplorant le dicton, "bien français" selon lui, "Hors du diplôme, point de salut".

Enfin, le problème du manque de clarté des offres de formations (pourtant constatées "lisibles" par le recteur) fut soulevé avec pour proposition, la mise en place de "Projets personnels et professionnels" (préfiguration de parcours) dès le lycée.

Un constat cependant : celui du manque de compétences dites "transversales" chez les étudiants, notamment en matière de langues étrangères. "Il me parait impératif d'augmenter ces compétences là" a assuré Alain Tricolet "car aujourd'hui tout est commerce international, et ne pas parler au moins l'anglais, c'est se fermer de nombreuses portes, dont celle du groupe Genoyer".

 

Au final donc, pas de grandes avancées pour un débat mis en place "dans la précipitation après une crise sévère" selon Daniel Dufresne, vice-président du CEVU (Aix-Marseille II).

 

"Malgré une ou deux péripéties malencontreuses, le débat s'est déroulé en toute sérénité" s'est félicité Jean-Paul de Gaudemar.

Au même moment, au Tribunal de Grande Instance d'Aix en Provence,  trois étudiants venus soutenir leur camarade accusé d'avoir "molesté", la veille, un policier de la BAC, lors d'une nouvelle tentative de perturbation du débat, étaient interpellés dans le cadre de la même affaire, sur mandat du procureur, dans le hall même du tribunal.

 

Placés sous contrôle judiciaire, ils devraient être jugés le 19 juillet prochain.

 

Commentaires

C'est du foutage de gueule pur et simple...

Écrit par : LN | 11/06/2006

Plus ou moins. En fait, d'une part il n'en ressort que peu de choses parmi beaucoup de grandes vérités du genre "La professionnalisation des études est un problème important" (A.Dufresne, vice pdt du CEVU, en conclusion du débat), d'autre part, les rares idées et propositions intéressantes ne sont que rarement suivies d'actes concrets.

Au final, Thibaut semble avoir plus que raison.

Écrit par : Flo | 11/06/2006

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu